Accueil > Parapente > Parc Nationaux > VOL LIBRE et PARC NATIONAL (1996)

VOL LIBRE et PARC NATIONAL (1996)

mercredi 1er mai 1996

Voici un texte à propos des Parc Nationaux que j’avais écrit lorsque j’étais secrétaire de la ligue aquitaine de vol libre.

Au printemps 96, avant d’entreprendre une traversée des Pyrénées en vol bivouac, je m’étais préoccupé d’obtenir une autorisation de survol du Parc National d’Ordessa y Monte Perdido (Espagne).

La réponse fut nette, limpide, administrative : NON, le règlement du Parc prévoit une interdiction de survol à moins de 1000 m au dessus du sol.

Soit.

Je m’enquière de la législation française, elle est analogue : la loi cadre de création des Parcs Nationaux en France prévoit l’interdiction de survol. C’est clair.
L’article 22 du décret N° 67-265 du 23 mars 1967, créant le Parc National des Pyrénées occidentales est plus nuancé :
Sauf autorisation donnée dans les conditions fixées par le conseil d’administration, il est interdit de survoler le Parc à une hauteur moindre de 1000 m du sol [...]

Jusqu’alors, il existait de facto une tolérance pour les individus isolés, et non pas des écoles. Cette tolérance peut du jour au lendemain être supprimée. On peut aussi être à la merci d’une saute d’humeur de l’un ou l’autre des gardes du Parc.

De nombreux parapentistes ont survolé (ou décollé ou atterri dans) le Parc en de maintes occasions, sans conséquence fâcheuse jusqu’à maintenant.

Tel autre, venant des Alpes, est tellement terrorisé à l’idée de récolter une amende qu’il n’hésite pas, à se poser dans un endroit sordide, à l’aérologie malsaine pour échapper aux gardes. C’est que dans certains parc nationaux, la tolérance n’est pas la même qu’ici ! (Ordessa, Mercantour par exemple).

Malheureusement, pour en avoir discuté avec de nombreux guides et accompagnateurs de montagne, il semble que la tendance soit à la radicalisation des positions et à un durcissement de la réglementation.

Lorsque je lis que le décret de création du Parc des Pyrénées (PNP) donne tout loisir au conseil d’administration pour autoriser le survol du PNP, je m’en ouvre à mon interlocuteur du PNP, qui me répond

  • oui, mais le décret d’application fait allusion aux héliportages pour ravitailler les refuges et aux opérations de secours, en aucun cas au Vol Libre ".

Soit.

Je me demande alors si la loi cadre fait allusion au Vol Libre (pour ce qui concerne l’interdiction de survol). La réponse est non, le Vol Libre n’existait pas à la création du PNP.

Alors ... ?

Alors on me roule dans la farine, ou l’on me prend pour un imbécile, ou l’on est de mauvaise foi. On se protège derrière un règlement obsolète pour ne pas avoir à traiter le problème, mais il faudra quand même s’y pencher.

Messieurs du Parc National, la seule question d’intérêt est simple : le Vol Libre apporte-t-il des nuisances à l’environnement que vous êtes chargés de protéger ?

Si Oui, ne volons pas dans le Parc.

Si Non, volons dans le Parc.

Si l’on ne sait pas, cherchons ensemble à savoir, c’est votre mission.

Une des missions du PNP est de mettre cet espace à notre disposition dans les meilleures conditions.

Çà n’est pas aux pratiques à s’adapter à votre règlement, mais à l’inverse, c’est à votre règlement, lorsqu’il est obsolète, à s’adapter aux pratiques.

Nous ne voulons pas d’une bagarre juridique, nous voulons simplement voler en bonne intelligence avec notre environnement.

Pierre Puiseux

Secrétaire de la Ligue Aquitaine de Vol Libre

Laissez un commentaire

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0