Accueil > Billets d’humeur > Orange, l’élégance (bis)

Orange, l’élégance (bis)

mardi 8 juillet 2008, par puiseux

C’était trop beau pour durer. Voila bientôt 1 an que mes relations avec Orange étaient calmes et sereines. Voir ici et pour d’autres démélées avec Orange et Wanadoo.

Je recevais une facture, je payais par TIP (ayant supprimé toute autorisation de prélèvement sur mon compte).

L’autre jour, je signe mon TIP (Titre Interbancaire de Paiement), et je regarde machinalement la facture. Mon attention est attiré par cette ligne anodine :

Report des minutes : gratuit

Il est important d’utiliser les mots justes, surtout dans des relations commerciales et potentiellement conflictuelles.

La ligne citée ci-dessus signifie très précisément que je peux GRATUITEMENT profiter (le mois suivant) de ce que j’ai payé (le mois précédent).

Il me semble que faire acte de commerce consiste à échanger argent contre service, j’apprend donc ici que pouvoir profiter de ce que l’on a payé est en soi un service (gratuit, mais produit commercial quand même).

Un concept tout a fait interessant, qui poussé un peu plus loin, nous autoriserait à vendre une autorisation de consommer une autorisation de consommer ce que l’on a acheter.
De fil en aiguille, avec un petit bénéfice à la clé, tout le monde y trouverait de quoi survivre.

Je mets donc en vente ici publiquement mon autorisation de consommer mon crédit téléphone

Pas cher du tout, disons 0.5€ par mois.
C’est :

  • un service puisqu’il m’est facturé (bien que gratuit)
  • qui m’appartient puisque je l’ai acheter
  • que je devrais pouvoir revendre si ça me chante, puisque c’est un service.

Bref, c’est du foutage de gueule pur et simple.

Le 20 juin, j’accompagne donc mon règlement d’un petit mot narquois mais pas très méchant, les remerciant infiniment d’avoir la bonté de m’autoriser à consommer ce que j’ai payé.

Le 21 juin, en mon absence, je reçois un message d’une opératrice d’Orange, sur mon répondeur, m’expliquant que les autres opérateurs facturent ce service, donc que chez Orange, ils sont vachement sympa, et que ça mérite donc d’être signalé etc ... Voici le document en question :

Le 7 juillet un SMSs m’informe que je n’ai pas payé ma facture.
Le 8 également, et qu’il vont interrompre ma ligne.

Je m’en émeut, j’appelle le service commercial qui me passe le service contentieux, qui s’appelle en réalité le service commercial, ou plutôt qui n’existe pas, enfin, c’est pas très clair.

J’explique que puisque j’ai reçu le message sur mon répondeur, c’est qu’ils ont reçu mon courrier, et donc mon règlement, donc il ne devrait pas y avoir de problème.

  • « Il me faudrait la date de votre envoi. Mais si on a pas le règlement, l’ordinateur suspend votre ligne, on n’y peut rien »
  • « Si, on y peut. C’est la machine qui obéit à l’homme, pas le contraire ». Pas chez Orange.

Je raccroche, je cherche dans mes papiers, j’écoute mon répondeur, Eureka, elle me parle de mon courrier du 18 juin.... Bizarre, elle a reçu mon courrier avant que je ne lui envois.

Bref je rappelle le contentieux « nous n’avons (toujours) pas de service de ce nom »
J’indique la date d’envoi ET la date a laquelle ils ont reçu mon règlement.

« Il faut savoir si votre règlement a été débité, c’est long on n’y peut rien, l’ordinateur etc... »...

Bien sûr, où avais-je la tête ?

Je raccroche, je vérifie, je regarde sur mon compte... Pas débité.

Je rappelle

  • « Le service n’est pas disponible, rappelez demain matin »,
  • « Ca va finir par me coûter cher cette histoire »
  • « Nous ferons un geste commercial pour les trois coups de téléphone »

Super, ils vont payer la vaseline.

Au passage, je note que EDF et GDF, que j’ai réglé le 21 juin, on débité mon compte le 26 juin.

A suivre.

Suite : j’ai réglé une fois de plus par carte bleue. Impossible d’avoir un opérateur.

Je jure sur la tête de mes enfants qu’au prochain incident de ce type, je mets en branle l’artillerie lourde. (Assistance juridique de la MAIF, association de consommateurs...).

Laissez un commentaire

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0