Accueil > Montagne hivernale > Peyrelue & Ouradé en hiver

Peyrelue & Ouradé en hiver

samedi 1er février 1997, par puiseux

Au hasard de mes périgrinations sur internet, je retrouve cet article que j’ai écrit il y a quelques années (en 1997 !!). Et justement, je cherchais comment j’étais monté la-haut. Eh bien j’ai retrouvé !!

Je retranscrit l’article ici :

Pic et crêtes de Peyrelue (2441m) et Pic de L’Ouradé (2552m) par Pierre Puiseux

Accès : la route N134 bis, qui mène au Col du Pourtalet. Laisser la voiture vers 1600 m, au niveau d’un sentier qui part à gauche dans une trouée de la forêt.
Topos et cartes : (au 1:25000 ).
Difficulté : **
Matériel : Piolet crampons et corde, skis.
Période recommandée : février.
Date : février 1997, avec Gaston Bonnecaze et Didier Sorbet
Durée : 6 heures
Dénivelée : 950m

Parcours :

Remonter le vallon de Peyrelue. Avant le Col de Peyrelue tirer à gauche en direction du Pic de Peyrelue (2441 m) que l’on atteint après un final un peu raide. Du Pic, une arête neigeuse et rocheuse part vers le nord-est. Suivant les conditions il peut être nécessaire d’utiliser la corde. Dans tous les cas, piolet et crampons sont indispensables. Après quelques centaines de mètres, où alternent les descentes et les montées, on bute sur une paroi rocheuse d’une centaine de mètres que l’on franchit par un couloir à gauche. On parvient au Pic de l’Ouradé (2552 m). De là, il doit être possible de gagner la Dent de Socques sans grande difficulté, nous ne l’avons pas fait.

N’est pas Didier Sorbet qui veut !

En montant, je m’aperçois qu’il ne me reste que trois photos dans l’appareil. Didier se fout de ma gueule, bien sûr, et me raconte que lors d’un examen de fin d’année (option photo d’architecture) dans son école, l’enseignant les a emmenés dans un immeuble et leur a donné UNE photo chacun avec pour mission de faire la meilleure image du bâtiment... bon.

Descente : du Pic de l’Ouradé, nous sommes descendus droit au nord-ouest vers la route. Après une première pente raide où nous avons fait partir une plaque à vent, il faut bien regarder la carte au 1/25 000, çà passe en contournant les premières barres de rocher par la gauche. Ensuite, toujours en tirant à gauche, on peut passer un petit col entre des barres de rocher sur une crête (traces d’isard quand nous y étions), puis, après une pente un peu raide, on prend pied dans le vallon qui descend du Pic de Peyrelue, tout ceci pour arriver directement aux voitures et éviter d’arriver trop bas sur la route et de la remonter à pied.

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0