Accueil > Montagne hivernale > Lac d’Er (1764 m)

Lac d’Er (1764 m)

vendredi 10 janvier 1997, par puiseux

Cette région très sauvage, aux dires de certains spécialistes, est un des terrains de prédilection des derniers ours pyrénéens. Qui sait si l’on peut y croiser une trace fraîche ? Il a neigé toute la nuit.

Accès : environ 2,5 km avant Gabas, la piste forestière du Gelan part à droite au niveau d’une clairière et sous une ligne haute tension (point coté 954 m sur la carte TOP 25 n°1547). Il est recommandé de ne pas démarrer comme l’indique la carte IGN dans le vallon d’Ayguebère un peu plus haut, la foret étant très dense et les sentiers peu ou mal marqués.

Dénivelée : 810 m, de 954 m à 1764 m

Horaire : 5-6 h
Arbre enneigé au levant.

Carte IGN (au 1:25000 ) : série TOP 25 n°1547

Difficulté : terrain très sauvage ; la randonnée se déroule dans des bois relativement sûr en cas de gros enneigement hormis la dernière pente qui semble avalancheuse et exposée.

Matériel : skis

Période recommandée : l’enneigement doit être conséquent et assez bas (départ vers 1000 m). Décembre-mars

date : le 10-01-97

description : nous montons dormir sous la tente Didier Sorbet et moi, après avoir réalisé que nos deux camping car sont immobilisés pour réparation ! La tente est plantée sur une plaque épaisse de neige mouillée, à la lueur des phares. Bien sûr le ciel en profite pour nous tomber sur la tête toute la nuit sous forme d’une pluie battante et obsédante. A 5 h du matin, la pluie laisse la place à quelques flocons de neige résiduels, et je m’aperçoit que ma tente Décathlon, haut de gamme, n’est pas étanche au niveau du tapis de sol, un comble ! Le départ est brumeux et un peu laborieux vers 8 h 30, avec pour objectif le Pic d’Aule (que nous n’atteindrons pas). La neige sur la piste forestière est profonde, mouillée, lourde et nous traçons à tour de rôle. A chaque embranchement, prendre la branche de gauche, et tentez d’éviter le vallon d’Ayguebère en restant sur la crête du même nom, pour basculer à droite lorsque la piste s’évapore en sentier, puis en sente mal marquée. Si l’on reste trop longtemps sur la crête d’Ayguebère, on se retrouve coincé entre des petites barres de rocher malcommodes. L’itinéraire indiqué sur la carte IGN n’est pas recommandé. Vers 1600 m laissez vous tenter et piquez vers une clairière qui débouche sur une pente raide au pied du pic d’Er. Gravir la pente (exposé) pour atteindre un mamelon en contre-haut du lac (12 h, 1764 m). Manger, reposez-vous et pour la descente, piquez droit dans le vallon que vous avez remonté si vous avez suivi les indications précédentes. Surtout laissez à droite ces maudites barres de rocher sur lesquelles nous n’avons cessé de nous heurter.

info portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0